L'histoire des Bleus de travail

L'histoire des Bleus de travail

Symbole de la classe ouvrière, le Bleu de travail fait partie de notre Histoire. Mais d'où vient-il et d'où provient cette couleur mythique ? Quelle place occupe-t-il aujourd'hui? 

Le Bleu de travail voit le jour pendant la Révolution industrielle pour répondre à un besoin très concret : celui de sécurité.

A cette époque, les ouvriers travaillent avec leur tenue civile, aux manches amples et coupes larges. Or, à partir du milieu des années 1700, les ateliers et usines s’équipent de machines mécaniques puis automatisées : les manches se prennent dans les engrenages, happant les ouvriers. Les accidents de travail se multiplient. Le besoin de tenue adaptée est crucial.

Le bleu de travail est la réponse à cette exigence de sécurité. La coupe des Bleus sera donc simple, droite, pour protéger sans toutefois entraver dans les mouvements.

 Le creusot - atelier d'ajustage - 1881

Le creusot - atelier d'ajustage - 1881

 

Un vêtement pratique, résistant et économique

Au départ, le choix se porte sur une blouse qui s’enfile par-dessus les vêtements de ville, avec des poches plaquées pour ranger les outils. Mais la liberté de mouvement n’est pas totale et l’on voit vite apparaitre des pantalons et vestes bien plus pratiques.

La matière doit par ailleurs être résistante pour ne pas se trouer au moindre incident : ce sera donc la toile de coton, résistante, épaisse, qui convient autant aux fortes chaleurs qu’au froid. Elle allie la souplesse, qui permet les mouvements, et la résistance nécessaire à la protection. Plus tard, au début du 20ème siècle, Alphonse Lafont introduira la Moleskine, tissu emblématique des Bleus de travail.

La toile est par ailleurs très facile d’entretien, elle prend peu la poussière et s’use peu. Le bleu de travail se garde plus longtemps que les tenues ordinaires, ce qui représente une véritable économie pour les familles ouvrières. En outre, les Bleus sont faciles à nettoyer et à entretenir, ce qui en fait un choix pratique pour les travailleurs qui évoluent dans des environnements sales.

Pour prolonger la durée de vie du vêtement, le rapiéçage est de mise. La plupart du temps, les Bleus sont raccommodés pour combler de petits accrocs. Nos arrière-grands-mères pratiquaient le "visible mending" (« réparation visible ») bien avant que celui-ci soit à la mode pour les raisons écologiques que nous connaissons actuellement. Parfois, la pose de pièces de tissus de consolidation est nécessaire, donnant vie à de magnifiques patchworks.

Au milieu du XIXème siècle, le Bleu de travail devient « l’uniforme » des ouvriers. Il est le plus souvent fourni gratuitement par les patrons des grandes usines. Les syndicats d’ouvriers se battent pour son obtention auprès des patrons. Il fait partie des acquis sociaux de la classe ouvrière et constitue un insigne d'honneur pour ceux qui le portent.

 

 Blau de travail rapiécé
Bleu de travail rapiécé
 

D'où vient la mythique couleur bleue ?

La couleur bleue est souvent associée à la confiance, à la loyauté et à la fiabilité, ce qui semble en faire un choix idéal pour des vêtements de travail d'ouvriers.

Mais à cette époque, la couleur bleue est difficile à obtenir et réservée à des vêtements d’exception. Elle coute chère, se fixe mal sur la toile et se trouve par conséquent réservée aux plus riches. D'ailleurs, les riches Égyptiens de l'Antiquité utilisaient l'indigo pour teindre leurs vêtements, et les Grecs et les Romains se servaient d'une plante appelée guède pour obtenir une teinte bleue. 

Alors comment l’uniforme des ouvriers, ce vêtement populaire a-t-il pu devenir bleu ? 

Le miracle s’est produit grâce à la découverte d'un colorant bleu synthétique, le bleu de Prusse, qui révolutionne l'industrie textile dans les années 1700. Comme beaucoup d’autres inventions, sa découverte est purement accidentelle ; un marchand de couleurs, Jacob Diesbach, découvre le Bleu de Prusse suite à une expérimentation ratée. Pour créer du rouge, il effectue un mélange de cochenille, d’alun, de sulfate de fer et de potasse. A court de potasse, il en emprunte à son collègue sans savoir que celui-ci l’a déjà mélangée à une préparation à base de sang d’animal. Ainsi, le mélange, au lieu de tourner au rouge attendu, vire … au bleu. Le Bleu de Prusse est né ! 

Le pigment obtenu est très profond, il imprègne bien la toile et sa réalisation est facile et économique, bien moins chère et plus facile à produire que les teintures naturelles. Parfait pour les vêtements des ouvriers. Le bleu devient ainsi accessible au plus grand nombre.

La couleur bleue présente également des avantages pratiques pour les ouvriers. Elle masque la saleté et les taches, ce qui permet aux travailleurs de conserver plus facilement une apparence professionnelle, même dans des environnements sales. En outre, la couleur est moins susceptible de s'estomper avec le temps, ce qui permet aux vêtements de rester présentables plus longtemps.

 

 

 Bleu de prusse
Pigments de Bleu de Prusse

 

Evolution du Bleu au fil des siècles

Conçu à l'origine pour les hommes, le Bleu de travail est rapidement devenu populaire auprès des femmes qui travaillaient dans les usines pendant la Seconde Guerre mondiale. Rosie la Riveteuse, icône culturelle représentant les femmes qui travaillaient dans les usines pendant la guerre, portait une Bleu de travail sur une affiche promouvant la participation des femmes à l'effort de guerre.

Le Bleu prend alors une connotation de classe sociale en s'opposant au "cols blancs" des contremaîtres et responsables des usines.

Il descend dans la rue lors des manifestations de Mai 68, pour marquer la convergence des luttes étudiantes et ouvrières.

Dans les années 70, le Bleu de travail devient un élément de mode. A cette époque, les premières usines ferment, le Bleu ne fait plus la fierté des travailleurs qui le délaissent au profit d’autres couleurs.

Au début des années 80, de nombreux créateurs intègrent des salopettes dans leurs collections, donnant ainsi un nouveau souffle au vêtement de travail, comme Marithé et François Giraud. Le photographe new-yorkais Bill Cunningham, ne sort plus sans lui, preuve de sa renommée.

 

Rosie la riveteuse
 Rosie la Riveteuse 

 

Le photographe new-yorkais Bill Cunningham

Le photographe new-yorkais Bill Cunningham

 

Quel avenir pour les Bleus de travail ?

Le Bleu de travail a été au 18ème siècle le premier EPI - Equipement de Protection Individuelle. Aujourd’hui, l’EPI est la norme et toutes les professions ont leur cahier des charges pour disposer de l’EPI le plus adapté. De nombreuses entreprises produisent désormais des salopettes fabriquées à partir de matériaux biologiques ou recyclés, réduisant ainsi leur impact sur l'environnement. Les couleurs et les formes se sont diversifiées, des bandes fluorescentes sont apparues, mais le besoin initial reste le même : la protection.

Le Bleu de travail continue ainsi d'être utilisé dans de nombreux secteurs d'activité. Il est particulièrement apprécié par les travailleurs de la construction, de l'industrie manufacturière et de l'agriculture ... où ils sont d’ailleurs verts !

En parallèle, le Bleu a quitté l’usine pour devenir une icône indétrônable de la mode. Les créateurs explorent sans cesse de nouvelles façons d'incorporer la salopette dans leurs collections, qu'il s'agisse d'ajouter des embellissements ou d'expérimenter avec des tissus et des silhouettes différents.

 

Les anciens Bleus, dits "Vintage", connaissent eux, une nouvelle heure de gloire via les friperies où la tendance “workwear” est à la mode. Les vestes et salopettes sont très recherchées, et plus le Bleu est patiné, plus il sera plébiscité. Cala concerne bien entendu les Bleus en bon état.

Et les Bleus troués, tachés, déchirés alors ? Ils sont malheureusement jetés ou au mieux, broyés pour servir d’isolant.

Tous ? Non ! Comme les irréductibles Gaulois, une poignée de Bleus résiste encore et toujours à la destruction. Ils sont sauvés par Blue Fabrik pour être transformés en sacs.

Des sacs qui portent en eux toute l'Histoire des Bleus, de la révolution industrielle et des luttes ouvrières. 

Vous souhaitez en savoir plus ? C'est par ici :

Boutique Blue Fabrik sacs en bleus de travail upcylcés

 

 

Sac en Bleu de travail upcylé
Sac upcylcé Blue Fabrik
Retour au blog

1 commentaire

Bonjour
Très Intéressant l’histoire des bleus de travail . J’aurai une connaissance de plus aujourd’hui
Merci .

Velluet

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés.